Mars – Tout savoir sur la planète tant convoitée par l’homme

Egalement connue sous le nom de “planète rouge”, la planète Mars a accueilli de nombreuses missions spatiales d’observation et d’exploration depuis 1960. Sa proximité avec la Terre et les nombreux éléments que les deux planètes ont en commun nous ont laissé croire que l’humain peut habiter sur Mars. Ainsi, à l’heure où vous lisez cet article, des scientifiques s’activent dans le cadre de projets complètement fous visant à coloniser la planète Mars en y envoyant une mission habitée. Incroyable, n’est-ce pas ? Mais il y a des choses que vous ne savez pas encore. Et nous les partagerons avec vous.

Dans ce mini dossier, vous découvrirez tout ce que les recherches ont révélé sur Mars jusque-là, concernant sa géographie, son sol, son atmosphère, etc. Nous ferons également un point des différentes missions d’exploration envoyées sur la planète rouge et sur leur niveau d’évolution. Un focus spécial sera placé sur le projet Mars One de Bas Lansdorp et celui du milliardaire Elon Musk, celui qui a détrôné Jeff Bezos au lendemain d’une année secouée par le coronavirus. Alors, prêt pour un voyage vers Mars ?

Mars ou la planète rouge : ce que vous nous savons désormais d’elle

Le système solaire

En partant du soleil, elle est la 4ème planète dans le système solaire. Mars, ou la planète rouge, comme on l’appelle généralement, est actuellement la seule planète qui semble à même d’héberger la vie humaine, parmi les planètes du système solaire. Mais que sait-on de Mars ? Quelles sont les conditions de vie qu’offre la planète ?

Sa structure interne et son sol

Que savons-nous de la structure interne de la planète Mars ? Le noyau de la planète est en partie liquide et serait composé de fer en quantité trois fois supérieure à celle de la Terre, et de quelques autres matériaux moins denses tels que le sulfure de fer.

Pour ce qui est du manteau de la planète, il serait majoritairement composé d’olivine, de pyroxènes et d’autres matériaux riches en fer et en magnésium. La croûte quant à elle, dernière enveloppe de la planète, est le théâtre de violents orages qui peuvent durer plusieurs semaines d’affilée.

En fait, Mars est de façon constante balayé par un vent solaire. Ainsi, compte tenu de la teneur en oxyde de fer caractéristique de la planète, les vents soulèvent une poussière ferrugineuse qui donne à l’atmosphère une couleur ocre.

Ces vents soufflent à une vitesse pouvant atteindre les 200 km/h et soulever des nuages de poussière à une altitude de près de 50 km. C’est justement ce nuage de poussière qui masque la surface de la planète, lui confère un aspect rouge et le nom “planète rouge”.

Ses caractéristiques géographiques

Les sondes envoyées sur le sol de la cousine de la Terre ont révélé certaines informations qui ont profondément influencé notre perception du monde sur Mars. En effet, on sait par exemple qu'une quantité abondante d’eau était présente sur la planète il y a plusieurs milliards d’années sous forme de rivières et de lacs. Cela a été interprété comme un signe qu’il y a eu une vie sur la planète par le passé.

Mars a un relief accentué constitué de gigantesques volcans dont le plus imposant reste le Mont Olympe. Culminant à une altitude de près de 25 km, le mont Olympe est la plus haute montagne du système solaire. Il est 3 fois plus haut que le mont Everest.

Pourquoi son atmosphère est particulière ?

D’après les résultats des explorations, Mars est entourée d’une mince atmosphère constituée de :

  • Dioxyde de carbone (95%)
  • Azote (2,7%)
  • Argon (1,6%)
  • Quelques traces d'oxygène, de monoxyde de carbone, de vapeur d’eau et d'autres gaz

En d’autres termes, sur Mars, l’air n’est pas du tout respirable. Et c’est sans compter que la pression atmosphérique sur la planète est très faible par rapport à celle de la Terre.

Sur Mars, le froid est glacial. La température moyenne est de -63°C (contre 15°C sur Terre), Selon une étude de l’institut Nature Astronomy, la planète a perdu son champ magnétique depuis 3,8 milliards d’années.

Même si la planète Vénus est plus proche de notre planète, Mars est la seule qui donne l’air de pouvoir abriter de la vie humaine. Déjà, de nombreux robots d’exploration y ont été envoyés pour évaluer les chances de survie de la race humaine.

Mars : entre fantasmes et convoitises

Malgré les diversités qu’elle entretient avec la Terre sur les plans de la composition atmosphérique, de la température, et de la géologie, certaines de ses caractéristiques en ont fait la cousine de la Terre. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle est reconnue comme la seule autre planète où l’espèce humaine pourrait avoir des chances de survie.

En fait, comme la Terre, Mars est située dans la zone habitable du système solaire. Elle se trouve à une telle distance du soleil qu’il ne fait ni trop froid, ni trop chaud et où la vie pourrait apparaître. La planète tourne sur elle-même en 24,7h - donc une journée sur Mars dure 24h et 37 min pour être précis - et tourne autour du Soleil en 686 jours, soit en près de deux années.

Avec son diamètre de 6 786 km, elle fait presque la moitié de la taille de la terre - 12 756 km - tandis que sa masse vaut 7 fois moins que celle de la terre. Tout ceci n’a fait que convaincre l’homme que Mars est la prochaine destination. Et l’aventure a commencé depuis les années 60.

Missions inhabitées : des robots sur Mars

Depuis les années 60, près d’une cinquantaine d’engins ont été envoyés soit en orbite soit sur le sol de Mars pour étudier la planète. Bien évidemment, avec l'évolution des nouvelles technologies, les missions ont été de plus en plus ambitieuses dans le temps.

Les sondes Mariner et les orbiteurs Mars

Grâce aux sondes Mariner et aux orbiteurs Mars envoyés entre 1964 et 1974, nous avons pu réaliser que Mars n'abrite aucune civilisation intelligente comme on le soupçonnait, qu’elle était au contraire une planète quasi morte et qu’une vie microbienne y est quand même possible. Evidemment, cela ne fait que nourrir l’ambition initiale de coloniser la planète Mars.

Les premiers robots envoyés

Les robots Viking 1 et Viking 2 sont les premiers robots qui ont foulé le sol de Mars. Dès qu’ils ont atterri en 1976, Viking 1 a pris une toute première image du sol martien et les deux jumeaux ont procédé aux diverses analyses (climat, surface, atmosphère, etc.).

Il y a aussi eu Sojourner, le premier rover envoyé sur Mars en été 1997. Alimenté de panneaux solaires, il n’a travaillé que pendant 3 mois, mais il a transmis des milliers d’images et de données originales et inédites.

Les rovers Spirit et Opportunity envoyés

rover sur la planète Mars

Après Sojourner, les rovers Spirit (ou MER-A pour Mars Exploration Rover A) et Opportunity (ou MER-B pour Mars Exploration Rover B) ont été envoyés respectivement en juin 2003 et en juillet 2003 pour étudier la géologie de la planète, la composition du sol et des roches et surtout pour étudier l’hypothèse de l’existence d’une vie humaine sur Mars.

Opportunity a été un vrai champion de longévité. Après avoir traversé 56 millions de kilomètres en quittant la Terre, il est resté sur la planète pendant 15 longues années et a fini sa mission en février 2019. Il a survécu à 5 hivers, parcouru 45,16 km sur Mars et a accompli plus de prouesses que la NASA n’en attendait. En effet, l'objectif initial était de parcourir au moins 600 mètres.

Le rover Spirit s’est également montré efficace et résistant à toutes les épreuves. Il a même dû continuer sa mission sur 5 roues au lieu de 6. L’axe de la roue a même été utilisé pour gratter la surface de la planète.

Curiosity

Après Spirit et Opportunity, Curiosity assure la relève de l’exploration de la planète rouge depuis août 2012. Elle fait un poids 5 fois supérieur - 899 kg - à celui de ses prédécesseurs.

Ce rover était censé achever sa course deux ans après son arrivée. Toutefois, après avoir bouclé un parcours de plus de 23 km en 2020, Curiosity est encore sur Mars, essayant de satisfaire la curiosité de la NASA.

En ce moment, l’engin quitte l’unité argileuse et se dirige vers l’unité sulfateuse pour y effectuer d’autres analyses.

Insight

En novembre 2018, le module Insight s’est posé dans une région de plaine située près de l’équateur de la planète rouge pour exécuter la première mission consacrée à la structure interne de la planète rouge. Sa mission : explorer, grâce à une sonde thermique HP3 et un sismomètre SEIS, l’intérieur de Mars et cartographier la planète.

A ce jour, Insight a déjà révélé quelques phénomènes impressionnants comme la réaction de Mars aux éclipses solaires. Il a permis de découvrir que :

  • La croûte martienne, qui s’apparente au massif vosgien, est plus humide que la Lune
  • Les couches supérieures donnent l’air de minéraux contenant de l’eau
  • La surface de Mars est le théâtre de plus de 10.000 tourbillons de poussière

Ces informations seront d’une précieuse importance pour les missions futures.

Missions habitées : les premiers colons humains bientôt sur Mars ?

Comme vous l’avez constaté, Mars n’a connu jusqu’ici que des missions inhabitées. On y a pu envoyer que des robots. Comment pouvait-il d’ailleurs en être autrement, puisqu’on pouvait à peine évaluer les chances de survie de l’homme sur cette planète tant convoitée ? Cela n’a cependant pas empêché des projets audacieux de voir le jour. Désormais, on se prépare à envoyer sur Mars, non pas des robots, mais des hommes qui coloniseront la planète.

Le projet Mars One : 24 humains sur Mars en 2033 (a échoué)

Porté par le néerlandais Bas Lansdorp, un ingénieur en mécanique, Mars One est l’un des projets les plus ambitieux sur Terre. Il avait été lancé en 2012 et visait l’envoi sur Mars en 2033, d’une colonie humaine permanente de 24 personnes pour un voyage sans retour financé par une chaîne de téléréalité qui diffuserait leur vie dans un programme permanent.

Le coût de la première phase du projet s’élevait à plus de 6 milliards de dollars américains, ce qui représente une bagatelle, comparés aux 124 milliards de dollars qu’a coûtés le programme Apollo ayant conduit le premier homme sur la Lune.

D'après les informations fournies par la société Mars One Ventures, environ 200 000 personnes avaient candidaté entre avril 2013 et février 2015 et payé leurs droits d'inscription pour être les premiers colons martiens.

Malheureusement, le fait que la Mars One Foundation et la Mars One Ventures (les deux entités impliquées dans le projet) ne soient pas dans le domaine de l’aérospatiale n’a pas joué en faveur du projet. De plus, la Mars One Ventures, qui est la branche à but lucratif portant le projet, est en faillite depuis janvier 2019. Le projet ne sera donc jamais une réalité.

Mais cela n’empêche pas Elon Musk de rêver d’envoyer des hommes sur Mars en 2026.

Elon Musk : une mission habitée sur Mars dès 2026

Starship - Fusée SpaceX pour coloniser Mars

Pour Elon Musk, on peut aller plus vite. Le patron de SpaceX veut envoyer la première mission habitée sur la planète rouge en 2026, comptant sur le cycle de proximité entre la Terre et Mars selon lequel les deux planètes se rapprochent tous les 26 mois. Et il y croit dur comme fer. Disons qu’il y croit dur comme acier.

C’est en effet dans une fusée en acier inoxydable dotés d’une cabine de capacité de 100 places, nommée Starship ou Big Falcon Rocket,  qu’il compte convoyer les premiers colons humains sur mars. Elon Musk compte fabriquer un millier de vaisseaux, de quoi fonder une ville entière sur la planète.

Le milliardaire optimiste qui a émis le souhait d’être enterré sur Mars a prévu d'y faire déposer, d’ici à 2022, l’infrastructure nécessaire pour la survie des premiers arrivants par un véhicule sans équipage.

Mais Elon Musk ne compte pas juste aller sur Mars. Avec Mars, il envisage de se rendre sur la Lune et établir ainsi un réseau interplanétaire, Mars, Lune et Terre, car justifie-t-il, "fonder une société centrée sur le voyage spatial est indispensable pour la survie de l’humanité".

En attendant, la société SpaceX travaille sur le vaisseau Starship qui assurera le voyage et poursuit les vols d’essai. Et même si plusieurs prototypes de SpaceX ont explosé avant les essais, Elon Musk et SpaceX ne se découragent pas.

Quels sont les risques de coloniser Mars ?

Même si elle est grandiose et salutaire, nul n’ignore que l’idée de coloniser Mars n’est pas sans risque.

Un risque que les premiers humains sur Mars meurent en 60 jours

De nombreux scientifiques déclarent le projet de coloniser Mars impossible, estimant que l’humain ne pourrait pas survivre pendant plus de 60 jours sur la planète rouge. Comment, en effet, des hommes et femmes dont l’organisme est composé à près de 60% d’eau parviendront-ils à vivre après épuisement de leurs réserves initiales ?

De même, combien de temps leur faudra-t-il pour faire pousser suffisamment de plantes pour s’alimenter et pour renouveler leur oxygène ? Il ne faut pas perdre de vue le fait que la planète rouge ne soit pas aussi semblable à la planète bleue. Elle a peut-être été habitable à un moment, mais le fait est que les terriens n'ont évolué que sur la Terre. Ils ont été formés et ont évolué depuis plusieurs millénaires dans les conditions terrestres.

Déplacer l’organisme humain, fruit de l’évolution, dans un environnement à la gravité différente (un homme de 100 kg sur terre ne fera que 38 sur Mars), un environnement froid et sec et rempli de rayons cosmiques risque de ne pas être une partie de plaisir.

Un risque de contamination

De nombreuses voix se sont fait entendre pour souligner le risque de contamination lié au projet de coloniser Mars.

Elles estiment qu’il faudrait vérifier la présence ou non d’une quelconque forme de vie sur la planète, avant tout projet, parce que dès l’instant où le premier pied humain se posera sur la planète, celle-ci sera systématiquement contaminée.

Et il serait bien triste que l’arrivée des hommes détruise des formes de vie avant que nous ayons eu le temps de les découvrir.

Risque de transformation de l’espèce humaine sur Mars

Enfin, il faut aussi se poser quelques autres questions. Mars est-elle vraiment faire pour être habitée ? Si oui, à quel coût réaliserons-nous ce projet ?

Evidemment, nous ne parlons pas ici du coût financier. Ce serait trop facile. Ce dont il s’agit, c’est le coût pour l’espèce humaine. L’humain sera-t-il toujours un humain sur Mars après y avoir passé plusieurs semaines ? Tant de questions sans réponse.

En attendant, tous les regards sont tournés vers 2026. Si Elon Musk prend parfois du retard, il a pour réputation de toujours réussir ce qu’il entreprend.

FAQ - Foire aux questions sur la planète Mars

Pourquoi s'appelle-t-elle Mars ?

Si Mars s'appelle ainsi, c'est pour sa couleur rouge. En effet, les romains, qui avaient constaté cette teinte rougeâtre, l'ont prénommée de la sorte en hommage à leur Dieu de la Guerre, imaginant que de nombreuses batailles y avaient lieu et que le sang ruisselait sur le sol.

Pourquoi est-elle rouge ?

Mars, appelée également planète rouge, doit cette couleur à son sol. Celui-ci est essentiellement composé d'oxyde de fer, plus ou moins de rouille, ce qui lui confère cette teinte.

En réalité, la planète vire plus au orange-brun qu'au rouge. Sa couleur peut varier en fonction des nombreuses tempêtes qui soulèvent le sable du sol.

Peut-on voir Mars à l'œil nu ?

Mars est une des 5 planètes qu'il est possible de voir à l'œil nu (les autres sont Mercure, Venus, Jupiter et Saturne).

La 4ème planète en partant du soleil n'est cependant pas visible tout le temps. De fait de l'amplitude de son éloignement assez importante (de 56 à 400 millions de kilomètres), la bonne période pour l'apercevoir revient tous les deux ans, quand elle se trouve à l'opposé du Soleil par rapport à la Terre.

Bien évidemment, pour voir Mars en détail, une lunette ou un télescope avec un diamètre autour de 100 mm est recommandé.

Combien faut-il de jours pour aller sur Mars ?

Dans les meilleures conditions (éloignement le moins important avec la Terre), un voyage vers Mars dure 260 jours.

Laisser un commentaire