L’IMC, c’est quoi ?

par | Mise à jour le 29/06/2019 | Santé

L’IMC ou Indice de Masse Corporelle est une mesure du poids par rapport à la taille. Elle est le plus souvent utilisée comme référence dans l’estimation du surpoids chez un individu, généralement les adultes entre 18 et 65 ans. Elle ne prend pas en compte la masse musculaire ou la masse osseuse.

L'IMC a été créé par le statisticien belge Adolphe Quetelet en 1832. Précurseur des études sur la croissance humaine, il a mis en relation le poids et la taille. Selon lui, le poids augmentait proportionnellement avec le carré de la hauteur.

Calcul surtout utilisé par les compagnies d’assurance, l’IMC ne sera baptisé comme tel qu’en 1972 par le chercheur Ancel Keys qui confirma la validité de l'indice de Quetelet. Depuis 1980, l’IMC est considérée comme une norme internationale pour la mesure de l'obésité et figure encore comme une référence jusqu’à nos jours.

Comment calculer l’IMC ?

L’IMC s’obtient par une formule simple intégrant la taille exprimée en mètres et le poids corporel, exprimé en kilogrammes. La formule standard est la même pour les hommes et les femmes.

Pour avoir l’IMC, il faut diviser le poids exprimé en kg par la taille, en mètre, élevée au carré. Si vous avez séché les cours de mathématiques ou tout simplement pour gagner du temps, vous pouvez utiliser cet outil qui fera le calcul à votre place.

Exemple pour un homme mesurant 1,87 m et pesant 80 Kg : 80/1,87²=22,88

Une fois l’IMC obtenu, il suffit de se référer au tableau de correspondre pour évaluer le niveau d’obésité. Ainsi:

  • entre 20 et 25, on considère que la corpulence est normale
  • pour un Indice de Masse Corporelle entre 16 et 19, on peut dire qu’il y a maigreur
  • entre 25 et 30, un surpoids
  • au-dessus de 30, l’obésité est installée
  • enfin, avec un IMC supérieur à 40, elle est morbide

À chaque pallier correspond un certain nombre de risques pour la santé à prendre en considération.

Par exemple, dans le cas d’une insuffisance pondérale, les risques sont l’infertilité, la faiblesse au niveau du système immunitaire ou l'ostéoporose. Par contre, pour les personnes en surpoids, le risque de développer certaines maladies augmente. Il s’agit notamment des maladies cardiaques, de l’hypertension artérielle ou du diabète.

Plus l’IMC est élevé plus le risque augmente.

L’intérêt de calculer l’IMC ?

À ce jour, l’IMC figure parmi les moyens les plus pratiques pour évaluer l'obésité dans la population. Facile à calculer, il peut être facilement utilisé par les spécialistes de la santé et par le grand public.

Par ailleurs, il permet à chacun de se situer par rapport à la norme "santé" et de prendre des dispositions si nécessaire et changer ses habitudes de vie.

Ainsi, l’IMC est un outil utile pour pouvoir identifier rapidement les individus en situation de risque potentiel.

Les limites de l’Indice de Masse Corporelle

Bien que pratique et facile à calculer, l’IMC présente des limites. Ainsi, du point de vue de certains spécialistes, le ratio entre le poids et la taille ne permet pas d’évaluer la masse graisseuse et la masse musculaire ou la masse osseuse d’un individu.

Critiqué pour son imprécision, on reproche à l’Indice de Masse Corporelle de ne pas détecter les personnes à risque lorsque l’IMC est jugée normale. C’est le cas notamment des fumeurs ou des sédentaires.

Par ailleurs, il faut retenir que l’IMC n’est pas valable pour certaines personnes notamment pour les athlètes ou les femmes enceintes, car peu représentatif de l’état exceptionnel dans lequel se trouve l’organisme.

Enfin, selon les spécialistes de la nutrition, pour compléter l‘Indice de Masse Corporelle, il est important d’avoir recours à des examens plus poussés sur d’autres paramètres pour détecter les carences éventuelles ou les risques non détectés.

A lire :   Appareil dentaire invisible : les avantages et inconvénients !