Imaginer pouvoir porter un masque afin de passer inaperçu ou se faire passer pour quelqu'un d'autre tel Ethan Hunt dans Mission Impossible est désormais possible grâce au Urme.

L'idée parait loufoque et pourtant elle existe déjà sur le marché depuis presque 1 ans. Leo Saelvaggio, un artiste américain basé à Chicago, a lancé il y a un an un appel aux dons sur Indiegogo afin de pouvoir donner vie à son projet, créer et commercialiser des masques en 3D à son effigie. Le but avoué de l'artiste est de lutter contre la surveillance et reconnaissance faciale que les autorités n'hésitent pas à développer et mettre en pratique dans les nombreuses rues des grandes villes.

Son projet ayant récolté suffisamment d'argent a pu démarrer en juin 2015. Sa société "'Urme surveillance" protège donc les civils de la vidéosurveillance avec la mise sur le marché de masques donnant l'impression que vous êtes Leo. Imprimé par la société Thatsmyface, un masque coûte en moyenne 200$ et peut être acheté par n'importe qui.

L'utilité d'un tel accessoire peut être remise en cause pour bon nombre de personnes. Si on peut imaginer une utilisation à des fins criminelles, l'intéressé s'en moque et préfère protéger l'ensemble des citoyens ceci afin d'adresser un message clair aux autorités.

L'évolution des technologies nous permets aujourd'hui de créer des choses impossible il y a quelques années.

On a tous en tête ce masque en latex utilisé par Jim Phelps ou Ethan Hunt dans Mission Impossible qui permettait au héros de prendre n'importe quelle apparence. L'impossible d'hier est le possible d'aujourd'hui avec les nouvelles technologies.

L'imprimante 3D permet de franchir une étape dans l'évolution. Il est désormais possible de créer ce type de masque, mais aussi maintenant des armes tels que des pistolets ou des fusils.

Nul doute que ces pratiques restent controversées puisqu'elles offrent des possibilités qui suppriment certaines barrières créés par les us et coutumes des hommes ainsi que par les autorités étatiques.

 

urme1

urme2 urme3