Ces petits trucs typiquement américains

par | 19 Nov 2018 | Lifestyle

Lorsque nous visitons un pays, nous pouvons être étonné par certaines habitudes locales. D'ailleurs, les étrangers qui viennent en France doivent s'étonner de quelques coutumes bien à nous. Mais aujourd'hui, nous allons nous attarder sur 4 trucs typiquement américains.

The Pledge of Allegiance

Dans les écoles américaines, il existe un rituel matinal bien différent de celui auquel nous sommes habitués. La journée commence par les morning announcements : on annonce les événements du jour, souhaite les anniversaires, rappelle la réunion parents-profs ou l’on félicite l’équipe de foot pour sa victoire. Ces annonces varient en fonction du programme de la journée. Ce qui est immuable en revanche, c’est le Pledge of Allegiance.

Si vous vous trouvez dans une école américaine le matin, c’est le moment où vous verrez les profs qui ne sont pas en classe ou visiteurs dans les couloirs chercher le drapeau vers lequel ils vont pouvoir se tourner pendant le Serment d'Allégeance au drapeau.

Il est dit par la secrétaire de l’école ou bien souvent par un élève. Il s’agit d’un moment de recueillement, de respect qui est très ritualisé : on doit se lever, se tourner vers le drapeau et main sur le cœur, réciter ces quelques mots :

I pledge allegiance to the Flag of the United States of America, and to the Republic for which it stands, one Nation under God, indivisible, with liberty and justice for all ”.

"Je jure allégeance au drapeau des États-Unis d’Amérique, et à la République qu’elle représente, une nation sous la protection de Dieu, indivisible, et liberté et justice pour tous".

Le tailgating

Le tailgating américain

Pour une tailgating party réussie : un parking, un pickup, des chaises, des bières et des hotdogs (Photo pat Johntex)

Les américains sont fanas de sport, c’est un fait. Il n’y a qu’à voir leurs chaînes en la matière. Suivant votre bouquet, vous pouvez choisir parmi des centaines de chaînes de télé (et oui, la plupart sont vraiment mauvaises) : des infos en continu (les mêmes qui nous ont donné BFM), aux chaînes Histoire ou Voyage (celles-ci ont des super programmes) en passant par Drives-In, Diners and Dives de Guy Fieri sur la Food Network (junk food mais j’adore !).

Pour ce qui est du sport, le choix est bien entendu très large : tournois de golf, Main Event (tournoi de poker), tournois universitaires de football ou de Lacrosse, NBA, NFL, NHL et j’en passe.

En pleine saison de football américain, si les matches ont lieu les lundi, jeudi et dimanche (septembre-février) le dimanche est le jour sacré : c’est Game Time ! On va au supermarché habillé aux couleurs de son équipe préférée avant de regarder le match à la maison entre amis ou d’aller au stade.

Une tradition américaine est le tailgating (ou les tailgating parties) d’avant match. Cela implique à l’origine un pickup truck (et par extension tout véhicule), on se retrouve sur le parking du stade avant le match. On ouvre l’arrière du pickup et c’est parti pour un pique-nique non improvisé. En effet, les tailgaters "n’en sont pas à leur premier rodéo" comme on dit là-bas et sont très organisés : des chaises, une table de camping, glacière, saucisses, bières, BBQ etc.

En gros, le tailgating c’est un pique-nique à l’arrière d’un pickup où l’on mange des hotdogs et où on boit de la Budweiser. Si le tailgating est associé au football américain, on le retrouve lors d’événements sportifs divers. Un exemple, si vous assistez à un match de polo, vous avez le choix entre plusieurs types de tickets mais vous pouvez aussi réserver un espace tailgating : vous pouvez garer votre véhicule en marche arrière au bord du terrain et assistez au match autour de votre BBQ.

Mon endroit préféré pour le tailgating, c’est la plage ! Certaines plages ont en effet un espace réservé aux voitures. Dans ce cas, le must est d’avoir une Jeep Wrangler décapotable. On conduit jusqu’au bord de l’eau gare sa jeep ou son pickup au plus près et profite de la plage sans jamais manquer de rien !

L’intimité, la vie privée

Un élément qui me pose problème aux États-Unis, c’est leur notion d’intimité, radicalement opposée à la nôtre.

Nous, Français, nous « foutons pas mal » de ce que nos politiques font de leur vie privée, aux États-Unis, c’est bien différent, de nombreuses affaires récentes l’ont démontré. De la même manière, nous aimons nous calfeutrer chez nous l’hiver par exemple, volets et double-rideaux fermés dès que l’on allume la lumière de façon à préserver notre intimité.

Et oui en France c’est un peu Fort Knox, alors lorsque l’on s’expatrie aux États-Unis, on rencontre très vite un petit problème : on cherche les volets. En vain. Cela n’existe pas et quand on a des volets, ils sont fake (de faux volets pour la déco qui ne se ferment pas). À la nuit tombée, impossible d’ignorer ce sentiment d’être observé… surtout lorsque nos fenêtres n’ont pas non plus de rideaux.

De plus en France, on entoure sa maison de thuya, d’un mur… Bref, on délimite sa propriété physiquement et se cache derrière une grosse porte en bois ! Aux États-Unis, rien de tout cela : les maisons n’ont le plus souvent pas de barrière "physique". Entre nos voisins et nous, la limite de propriété est invisible ou au mieux constituée de quelques arbres parsemés. Quand votre chien se fait la belle, vous allez le chercher chez les voisins sans même y prêter attention.

Enfin, si vous êtes déjà allés aux États-Unis, vous n’avez pas manqué de noter un truc bizarre : l’espace qu’il y a autour de la porte des toilettes publiques, on voit clairement la personne à l’intérieur… Encore une fois, bonjour l’intimité ! C’est dit-on pour des raisons de sécurité et éviter la consommation de drogue dans les toilettes publics: si quelqu'un fait un malaise par exemple, s’en apercevra vite… Et la paroi de la porte ne touche pas non plus le sol, révélant un espace assez important, qui vous permet de dire quelles chaussures porte votre « voisine de toilettes » et même ses chaussettes !

Le service dans les restaurants

les-restaurants-americains

Outre les portions gigantesques, il y a plusieurs facteurs qui font qu’aller au restau sera forcément une expérience différente (Photo)

Dîner au restaurant aux États-Unis est une expérience à part. D’abord, on nous sert de l’eau avec tonnes de garçons en été comme en hiver, la clim est généralement à fond, ce qui peut gâcher votre repas (n’oubliez jamais votre petite laine !). À la fin du repas, on vous propose des boxes pour ramener les restes à la maison(et oui les portions sont telles qu’on en a pour plusieurs repas), mais ce qui rend l’expérience est si différente est sans aucun doute le customer service (service client).

"Le client est roi". Cela me fait toujours sourire lorsque j’entends cette expression en France… Jamais de la vie ! Allez faire un petit tour aux États-Unis pour prendre la mesure de cette expression, et pour cause, les Américains ont dû l’inventer !

Les clients sont d’une exigence, je n’ai jamais vu ça. Observez des Américains commander un repas et vous serez gênés, c’est garanti. Sauf que pour eux, c’est normal. En France, on commande ce qui est au menu, point. Eux ils commandent ce qui est au menu mais l’accommodent à leur sauce : on change les légumes, remplace un aliment par un autre, fait un mixe de deux plats… Ou pire, demande un plat qui n’est pas au menu du tout !

Passer commande est aussi très ritualisé… Et avant de commander, sachez qu’il va vous falloir écouter la (longue) liste des specials (le menu du jour). Et je vous assure que c’est soporifique…

Enfin, c’est connu, aux États-Unis, les serveurs sont attentifs à vos moindres désirs, pleins de petites attentions, toujours souriants et de bonne humeur. Bref, ever so friendly. Alors oui, les serveurs sont "tellement sympas", mais n’oubliez jamais qu’ils ont un taux horaire de misère et qu’ils gagnent leur vie grâce à VOS pourboires… C’est vous qui les payez, alors sympas sans aucun doute mais intéressés, sûrement aussi…

Mais ce que j’aime particulièrement aux États-Unis, c’est que l’on peut manger à toute heure, dîner à 15 heures si on le souhaite. Manger quand j’ai faim ? J’adore ! C’est ce qui pose d’ailleurs problème aux touristes américains en France. L’idée qu’ils doivent attendre jusqu’à 19 heures pour dîner est juste inconcevable. Whaat ?