Les ressources énergétiques de la Guadeloupe

Mise à jour le 19/10/2020Business

La Guadeloupe est un territoire qui se caractérise par une diversité importante de sources d’énergie, particulièrement au niveau des sources d’énergies renouvelables. En effet, en plus du fuel et du charbon qui constitue l’une de ses ressources énergétiques principales, la Guadeloupe a réussi à développer de nombreuses autres sources d’énergies renouvelables. Il y a notamment la géothermie, la biomasse, mais aussi l’hydraulique, l’éolien, etc. Découvrez donc avec nous cette grande diversité énergétique que la Guadeloupe a à vous offrir.

La diversité énergétique de la Guadeloupe

Comme nous ne cessons de le dire, la Guadeloupe est caractérisée par un mix énergétique important en plus de sources essentielles que sont le fuel et le charbon.

Par énergie fossile, on désigne l’énergie produite à l’aide de roches issues de la fossilisation des êtres vivants. Il y a notamment le gaz naturel, la houille et le pétrole. Sur le territoire Guadeloupéen, ces sources d’énergie sont présentes en quantité limitée et non renouvelable dont la combustion émane du gaz à effet de serre.

Statistiquement parlant, en 2019, 77,98 % de l’électricité en Guadeloupe est produite à partir des énergies fossiles en question, soit 1346 GWh. L’approvisionnement pour ce genre de ressource est de 9 467 GWh traduisant une évolution de +2 % par rapport à l’année 2018. D’une manière générale, l’importation des produits pétroliers est destinée aux transports, à la production électrique et aux secteurs de l’agriculture et de l’industrie. En ce qui concerne le charbon importé, celui-ci sert strictement à la production d’électricité et de chaleur des centrales thermiques

  • En 2019, 388 924 MWh d’énergie ont pu être produits par les deux unités de production faisant appel au charbon de l’ile. Des chiffres qui traduisent une diminution de 13 % par rapport à l’année qui l’a précédée.
  • Toujours en 2019, la production à partir de produits pétroliers s’est élevée à 957 276 MWh, ce qui traduit une évolution de + 7 % par rapport à l’année 2018.
  • En ce qui concerne les énergies renouvelables, celles-ci ont pu produire 22,02 % de la production totale d’électricité, soit un total de 380 145 MWh.

L’énergie thermique en Guadeloupe

Puisque l’énergie nucléaire est absente en Guadeloupe et que la potentialité de l’hydraulique est faible, ce sont surtout les centrales thermiques qui couvrent les besoins en électricité.

Les centrales diesel principales de l’archipel de la Guadeloupe exploitée par EDF (Électricité de France) sont :

  1. La centrale de Pointe Jarry, inaugurée en juin 2015 et dotée d’une puissance de 210 MW ;
  2. La centrale de Saint-Barthélemy dotée d’une puissance totale de 36 MW et la centrale de Saint-Martin dotée d’une puissance totale de 42,5 MW.

En guise de compléments de la production d’EDF, certaines centrales bagasse/charbon du Moule (exploitation de Albioma), de charbon de Caraïbes Énergie (exploitation de Albioma) et bien d’autres encore contribuent à la production de l’énergie consommée par la Guadeloupe.

EDF a également à sa disposition 4 turbines à combustion qui sont installées à Jarry Sud dotée d’une puissance totale de 100 MW.

Les énergies renouvelables en Guadeloupe

La holding GJG reste l’un des acteurs principaux du marché de l’énergie en Guadeloupe, les énergies renouvelables étant fortement valorisées par EDF. En effet, ces énergies constituent l’une des principales perspectives d’avenir de l’archipel de Guadeloupe pour garantir un approvisionnement en énergie suffisante pour subvenir aux besoins de la population.

Généralement parlant, les origines des énergies renouvelables sont variées. En voici d’ailleurs quelques exemples :

  1. Le solaire (5.8 %),
  2. La bagasse (3.2 %),
  3. L’éolien (3 %) : certains sites sont la propriété de l’EDF Énergies nouvelles,
  4. La géothermie (4.7 %),
  5. L’hydraulique (1.2 %) : certains sites mini hydrauliques sont détenus par EDF et EDF Énergies nouvelles.

L’intégration des énergies renouvelables intermittentes

Étant donné la sensibilité des dispositifs électriques qui a été constatée dans les petits dispositifs insulaires, le ministère en charge de l’énergie de l’archipel a limité la puissance provenant des sources d’énergie intermittentes. Le plafond a donc été fixé à 30 % de la puissance globale utilisée par le réseau. Cependant, en Guadeloupe, il n’est pas rare que le seuil en question soit dépassé.

Actuellement, de nombreuses études sont axées sur la recherche de solutions dans les dispositifs insulaires afin de pouvoir atténuer le caractère intermittent du solaire et de l’éolien. De cette manière, le développement de ce type d’énergie pourra s’accroitre, et ce, en préservant la stabilité des réseaux électriques. Les solutions en question sont la mise en place de modèles de prévisions de l’ensoleillement ou du vent, et le développement de technologies de stockage d’énergie comme les batteries centralisées ou décentralisées, stockage hydrogène, station de transfert d’énergies par pompage.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à découvrir les chiffres clés du bilan de l’énergie en Guadeloupe sous forme d’infographie réalisée par l’OREC (Observatoire Régional de l’Energie et du Climat de Guadeloupe).

 

A lire :   Utilisation de l’écran interactif Easypitch Pro pour planifier et organiser son travail