7 raisons de ne pas acheter une voiture électrique

par 17/01/2019Lifestyle

Il y a encore quelques semaines, avec la hausse des taxes sur le carburant, annulée depuis, beaucoup de personnes se posaient la question "Faut-il acheter une voiture électrique ?". Si certains trouvent que ce type de véhicule est la solution idéale de nos jours, d'autres au contraire ne sont pas du tout séduit par l'idée d'en acquérir un.

Si les voitures électriques ne représentent que 1% de la vente de véhicules neufs, c’est parce qu’elles présentent de nombreuses contraintes. Malgré l’effort des constructeurs dans l’amélioration de leurs performances, elles restent toujours le dernier choix. De l’autonomie à l’accessibilité, en passant par la praticité, la qualité de cette automobile de nouvelle génération n’arrive pas à convaincre la totalité des conducteurs. Et ils ont raison d’hésiter à passer au mode électrique.

Si vous en doutez encore, voici 10 raisons de ne pas acheter une voiture électrique !

#1 - Une autonomie encore trop faible

La première raison de ne pas acheter une voiture électrique est l’autonomie de sa batterie. En effet, la valeur indiquée diffère largement de sa capacité réelle. Si lors de l’achat le vendeur vous mentionne ses 400 km d'autonomie, attention.

En effet, entre la valeur théorique, atteinte lors de tests en conditions totalement favorable (terrain plat, vitesse constante, ...), et la réalité, la différence peut être assez conséquente. De plus, avec le temps, tout comme pour d'autres appareils fonctionnant sur batterie, l'autonomie diminue.

Ce problème d’autonomie des voitures électriques crée chez les conducteurs une véritable crainte de s’arrêter à la moitié du chemin, pour faute d'énergie.

Aujourd'hui, les meilleurs modèles électriques affichent une autonomie de 400 km, il ne permet pas de franchir des kilomètres de route et de rouler comme on le souhaite, sans faire une pause. De plus il oblige une certaine conduite "économique" pour pouvoir atteindre une autonomie correcte. Dès lors que l'on a une conduite un peu trop "sport", on réduit assez fortement le nombre de kilomètres avant la prochaine charge.

#2 - Temps de charge trop long

Variable selon la borne de recharge et la capacité de la batterie de la voiture électrique, le temps de charge fait reculer plus d’un conducteur.

En effet, sur une prise de secteur classique, telle que vous pouvez trouver chez vous, il faudra compter en moyenne entre 8 et 10 heures. Il sera donc judicieux de mettre à charger son véhicule la nui, afin d'être en pleine autonomie le matin et de profiter des tarifs "heures creuses" (généralement entre 22h30 et 6h30).

Pour gagner en temps de charge, vous pouvez également opter pour une "wall box" qui permet de recharger une véhicule entre 4 et 6h. L'inconvénient de ce type d'installation est son prix, puisqu'il faudra compter entre 800 et 1 500 € entre le boitier et son installation.

Dans certains établissements, telles les stations services, il est possible de trouver des bornes de recharge rapide. En quelques 30 minutes, il est possible de recharger 80% de l'autonomie d'une batterie. Il en faudra autant pour les 20% restant.

#3 - Les bornes électriques manquent

Malgré l’effort et la promesse des constructeurs automobiles sur l’amélioration et la multiplication des bornes électriques, ces dernières restent encore insuffisantes. Nombreux sont les établissements publics ou privés qui ne disposent pas de cette installation. Les hôtels, les restaurants, les centres commerciaux font partie de ces enseignes.

Dans certaines municipalités, les habitants, qui possèdent ou qui veulent acheter une voiture électrique, sollicitent toujours la multiplication des bornes de recharge électrique. Ce qui prouve l’insuffisance de celles-ci pour un usage collectif.

Même si leur nombre a considérablement augmenté ces dernières années, il faudrait encore attendre pour que les bornes de recharge suffisent aux usagers. La fin d'Autolib a d'ailleurs été une très mauvaise nouvelle pour le développement des voitures électriques dans les grandes agglomérations.

#4 - Aménagement à faire dans le garage

Après la réception d’une nouvelle voiture électrique, la possession ou l’aménagement d’un garage est grandement conseillé. L’un de ces projets nécessite obligatoirement une dépense en plus du prix du véhicule.

Si les voitures électriques peuvent se charger sur une prise standard et peuvent être laissées dans un garage individuel, comme nous avons pu le voir, le temps de charge est assez conséquent. Elle risque alors de ne pas être pleine à l’heure où le conducteur doit prendre la route.

Aussi, cela oblige le propriétaire à installer un dispositif permettant d’accélérer l’alimentation tel qu'une Wall Box. Ajouté au prix du matériel, un tel projet requiert un investissement allant de plusieurs centaines d’euros.

#5 - Le prix inaccessible

C'est un des principaux freins pour ne pas acheter une voiture électrique... le prix. En effet, pour beaucoup de français, mais pas seulement, le coût d'un véhicule électrique est considéré comme plus élevé que son équivalent en moteur thermique. L'impression générale est de payer plus cher pour moins bien.

Pour certains modèles, comme la Renault Zoé, il faut en plus être disposé à payer un abonnement mensuel de location de batterie, à moins de payer le prix fort à l'achat.

Ainsi pour un tel modèle, le passage à la caisse s'élève à plus de 24 000 € (hors bonus) avec en supplément un abonnement à partir d'une quarantaine d'euros pour les petits rouleurs à 119 € en kilométrage illimité. Avec achat de la batterie, le même modèle coutera près de 33 000 €. Il sera d'ailleurs difficile de trouver moins cher sur le marché.

Bien évidemment, le gouvernement encourage l'achat de voitures électriques, avec des bonus et aides plus ou moins intéressants en fonction de la situation de chacun. Vous pouvez par exemple profiter de 6000 € au titre du bonus écologique.

#6 - Électrique, mais pas si écologique

Les voitures électriques sont vendues par tous les constructeurs (et le gouvernement) comme des véhicules écologiques. Si la voiture émet zéro émission de CO2, elle n'en est pas pour autant propre.

En effet, elle pollue tout de même notre chère "Planète bleue" par les molécules libérées lors du freinage et par l'abrasion des pneus et du revêtement des routes.

De plus, la production des batteries lithium-ion des voitures électriques est extrêmement polluante. La Chine, qui produit la plupart d'entre elles, est un des pays avec le plus grand parc de véhicules électriques. Pour autant, son émission de CO2 continue de croître, notamment à cause des centrales à charbon utiles pour la production des batteries.

Une agence européenne a communiqué que la production engendre entre 1,5 à 2 fois plus de produits néfastes que les anciennes automobiles. Utilisés dans la fabrication des batteries, les métaux lourds constituent également un autre problème écologique. Si on tient compte de la production d’électricité, un kilowattheure consommé équivaut à plus de 100 kilo de gaz carbonique et à effet de serre émis.

L'exploitation intensive de lithium en Amérique du Sud, plus particulièrement la Bolivie, présente une grave menace environnementale. Il s'agit d'une réelle délocalisation de la pollution.

#7 - Des raisons de praticité

Habitué aux performances des moteurs thermiques, un automobiliste a du mal à changer son quotidien pour une voiture qui présente encore de nombreuses failles. Pour un conducteur actif, l’usage d’un véhicule thermique serait plus bénéfique et changer de moyen de locomotion peut avoir de différentes conséquences sur les activités.

Il est également plus facile de faire le plein quand on est sur la réserve que trouver une borne pour recharger son véhicule lorsqu'on a oublié de la mettre en charge. Sans oublier qu'il est bien plus rapide de mettre de l'essence que de recharger la batterie de son véhicule électrique.

Voilà, si vous cherchiez des raisons de ne pas acheter une voiture électrique, vous êtes servis. Pour autant, n'oubliez pas qu'il existe également de bonnes raisons de passer à un véhicule tout électrique... rendez-vous dans un prochaine article 😉

A lire :   Cosmétique vegan : un marché qui se développe