nom-domaine

A priori, on n’y pense pas trop. On se dit que c’est accessoire, voir même illusoire ou superflu. Mais détrompez-vous, à l’heure du 2.0, des hackers professionnels et des Julian Assange en puissance, les noms de domaine gagnent en influence et deviennent même l’objet de crispations politiques très sérieuses. Ils pourraient ainsi aider le Québec à obtenir son indépendance du Canada… Du moins son indépendance virtuelle, en utilisant le nom de domaine « .quebec » en lieu et place de l’extension « .qc.ca », comme nous l’explique Le Dauphiné Libéré. Toujours pas convaincu ?

Se démarquer par l’originalité

Si vous souhaitez rentrer dans le Guinness World Records, attention, il va y avoir de la concurrence. En effet, des petits malins ont eu l’idée saugrenue de jouer la carte de la longueur pour se faire remarquer sur le web. Et c’est plutôt réussi, à en juger par le nom de domaine choisi par le site dédié au nombre Pi http://3.141592653589793238462643383279502884197169399375105820974944592.com/ ou encore à celui à rallonge d’un petit village gallois qui souhaitait lui aussi se faire connaitre du grand public http://www.llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwyll-llantysiliogogogoch.com/. Seul bémol, le Guinness n’accepte plus de candidats, comme le nombre maximum de caractères est limité à 63, le record ne peut plus être battu… du moins pour le moment.

Si vous souhaitez à votre tour jouer la carte de l’originalité pour votre site web, sans pour autant avoir besoin de trop vous remuer les méninges, certains sites comme l’hébergeur en ligne 1&1.fr vous proposent des solutions tout en un plutôt baroques. Vous l’aurez donc compris, qu’il s’agisse d’une collection excentrique de photos d’un chien posant avec bébé ou d’un nom de domaine qui fasse tilt, l’essentiel est de réussir à faire le buzz pour vous démarquer sur la toile.

A LIRE EGALEMENT