Offre Internet : où se situe la France à l’échelle mondiale ?

Ces dernières années, la concurrence entre les fournisseurs d’accès à Internet ne cesse de devenir de plus en plus acharnée, ce qui ne fait que profiter le consommateur. En France les opérateurs Internet présentent des offres variées en termes de technologie, de débits… et de prix. Mais où se situe l’offre Internet dans l’hexagone par rapport aux pays les plus développés ? Nous faisons le point !

L’offre Internet dans le monde : les chiffres

Selon le rapport annuel publié par Hootsuite et We Are Social en 2019, 4,4 milliards de personnes dans le monde utilisent Internet, soit un taux de 57 %. Par ailleurs, l’offre Internet varie d’un pays à l’autre. Les pays avancés devancent de loin les pays en développement. À Singapour par exemple, le débit est de 190,9 Mb/s sur fixe et 61 Mb/s sur mobile. En Algérie, il est de 3,8 Mb/s sur fixe et 5,9 Mb/s sur mobile.

En France, et selon les chiffres publiés par le même rapport, 92 % des Français utilisent Internet, soit une hausse de 5,5 % par rapport à 2018. En moyenne, les français surfent 4h38 par jour, quand les belges eux utilisent leur offre internet 5h01, les Américains 6h31 ou encore les Philippins 10h02. Mais qu’en est-il du débit dans l’hexagone, de la technologie utilisée par les opérateurs Internet et des tarifs des abonnements ? Nous faisons le point !

L’offre Internet en France en quelques points !

Pour le débit Internet, la France se situe dans le peloton de tête. Selon une étude réalisée par Cable.co.uk entre juillet 2019 et juin 2020, le débit moyen dans l’hexagone est de 51,33 Mb/s. Ainsi, le pays occupe la 36e place du classement mondial.

Certes, la France occupe les premières positions dans le monde, mais il faut savoir que la République est devancée par des pays beaucoup plus modestes, comme le Luxembourg, Gibraltar, Andorre et Liechtenstein. À noter que les pays les mieux classés sont les États-Unis (71 Mb/s), l’Espagne (56 Mb/s), le Japon (54 Mb/s) et le Canada (52 Mb/s).

Quant aux prix, il faut savoir que les offres Internet en France sont parmi les moins chères d’Europe. Selon la même étude, le pays occupe le 49e rang au classement mondial du prix des abonnements Internet et le 11e au niveau européen, avec un prix médian de 24,99 euros par mois. En bref, les abonnements français sont plutôt bon marché sur la scène européenne.

Côté technologie, les Français sont très bien servis. Outre la 4G et la 4G+, neuf villes françaises ont déjà testé la 5G, sans oublier la fibre optique et l’ADSL. Les prestataires d’accès Internet proposent toutes les offres.

Les inégalités d’accès à Internet dans le monde

Selon les chiffres publiés en 2019, plus de la moitié de la population mondiale utilise Internet et les taux de progression ralentissent. Néanmoins, les inégalités d’accès à Internet entre les continents et les pays sont grandes. En Europe par exemple, 7 personnes sur 9 utilisent Internet, tandis qu’en Afrique, moins de 4 sur 13 bénéficient d’une connexion, soit 24 % seulement de la population africaine.

Notons que les inégalités ne se limitent pas à l’accès à Internet. Les pays les moins connectés disposent d’une connexion faible et lente aux prix les moins abordables. Toutefois, il faut savoir que l’un des objectifs de développement durable des Nations Unies consiste à rendre Internet accessible à tous et à un prix abordable.

Début 2015, Elon Musk – l’homme le plus riche au monde fondateur de Tesla ou encore SpaceX – a pris la décision de lancer un réseau de 4 000 microsatellites pour permettre aux personnes qui n’ont pas accès à Internet de s’y connecter. Un budget de 10 milliards de dollars est prévu et 60 ingénieurs ont été recrutés pour réussir le projet.

Google et Facebook ont été les premiers à avoir l’idée d’un réseau « Internet mondial ». La firme de Mountain View a déjà lancé un projet intitulé « Loon » pour connecter les zones isolées par les airs. Malheureusement, l’entreprise américaine a abandonné le projet en janvier 2021 pour manque de rentabilité. Quant à Mark Zuckerberg, son projet « Free Basics by Facebook » souhaite aussi connecter les deux tiers de la planète qui n’ont pas accès au web. À noter que ladite initiative a été lancée en 2013.

Laisser un commentaire