saut-ski-feminin

Depuis plusieurs années, de nombreuses pratiques de loisir ont bouleversé le milieu sportif en s'affirmant de plus en plus jusqu'à devenir des sports à part entière, reconnus de tous.

Aux JO de Sotchi, on compte 12 nouveaux événements répartis dans 8 nouvelles disciplines. C'est donc une année riche en nouveautés et en innovations. Ces nouvelles épreuves ont été très strictement examinées par le CIO (Comité International Olympique) avant d'avoir été validées comme disciplines olympiques.

Un des facteurs majeurs de la sélection est l'engouement des foules pour cette discipline. Les personnes souhaitant proposer de nouvelles disciplines ont dû soumettre une requête et la défendre.

Lorsque cette discipline est une branche d'un sport déjà olympique, comme l'exemple du ski féminin, le CIO a dû réfléchir à de nombreux facteurs comme la compétitivité, le nombre suffisant d'athlètes de qualité, l'intérêt de l'audience télé, les coûts de production de mise en scène.

Et après avoir été refusé en 2006, alors que son alter-ego masculin existe depuis 1924, le saut à ski féminin entre enfin dans la compétition des JO de cette année. Mêmes conditions que chez les messieurs avec un tremplin duquel il faut s’élancer le plus loin possible.

Puis on voit arriver le patinage sur glace en équipe, qui mélange gymnastique et patinage sur glace. Ce sont des programmes réalisés en solo et en couple dont le total des points permet de faire gagner l'équipe.

Vient ensuite le relais par équipes en luge, identique à la version solo, on y ajoute le passage d'un flambeau entre membres de l'équipe, et l'équipe la plus rapide remporte le jeu.

Le relais mixte en biathlon est une discipline pour laquelle la précision et la vitesse sont les deux conditions majeures de réussite, deux femmes s’élancent dans une boucle d'au moins 6km, puis deux hommes, et des tirs sont organisés aux second et 4ème kilomètres.

Puis viennent 3 disciplines en lien avec la pratique du snowboard. Le ski half-pipe récupère le principe de son cadet en skiant dans un demi-tube d'une longueur de 200m et effectuer des figures à chaque extrémité. Ces figures sont notées ensuite par le jury. Le ski et le snowboard slopestyle masculin et féminin consistent à descendre une piste et à utiliser des rampes et des rails pour proposer les figures les plus acrobatiques possibles. Et enfin le slalom géant parallèle en snowboard, en version masculine et féminine. Encore une fois les bases sont celles de l’épreuve sur ski, il faut descendre une piste tout en slalomant à travers des portes. Les snowboarders considèrent cette épreuve comme plus difficile en snowboard qu'en ski car l'espace entre les portes est plus réduit.

Lukas-Mathies

On note donc que le snowboard fait une percée énorme cette année, et on se demande donc quels seront les prochaines pratiques qui seront officialisées comme sports dans les années à venir. Mais grâce à des jeunes innovants et motivés, on voit bien le skate-board ou allons plus loin, le poker, devenir de vrais sports.

Le concept de « skater professionnel » ou de « joueur de poker professionnel » en font rire plus d'un, et pourtant des personnes comme Tony Hawk que l'on ne présente plus, ou encore Elky pour le poker sont reconnues comme pros par leurs pairs et ont fait de leur passion un métier du quotidien.

Soit, on imagine pas le poker comme quelque chose de physique, mais c'est un sport extrême dans le sens mental, qui comme pour le skate gère la notion de performance, d’adrénaline, de stratégie... Nous attendons donc avec impatience l'avancée et les nouvelles découvertes que les jeunes et vieux amateurs de sensations fortes réussiront toujours à trouver pour renouveler le milieu du sport.

A LIRE EGALEMENT