EPI de catégorie II sur les risques intermédiaires : ce qu’il faut savoir

On appelle Équipement de Protection Individuelle (EPI) tout vêtement, dispositif ou accessoire utilisé pour se protéger contre d'éventuels accidents professionnels. Il existe plusieurs types d'EPI dont ceux considérés de catégorie II. Ils assurent la protection des parties vitales du corps contre les agressions et les chocs capables d'entraîner des lésions graves. La conformité et l'utilisation des EPI sont strictement encadrées par la législation européenne. Le non-respect des obligations peut entraîner des sanctions, aussi bien pour les employés que pour les employeurs.

Découvrez les équipements de protection individuelle de catégorie II

Les équipements de protection de catégorie II permettent d'éviter des accidents pouvant entraîner des lésions irréversibles. Ces risques sont considérés comme "intermédiaires", c'est-à-dire d'une plus grande gravité qu'une agression mécanique superficielle, mais sans mettre en jeu la vie de la personne.

Les EPI de catégorie II sont fabriqués en tenant compte de la nature du risque et de la partie du corps à protéger. Ils permettent par exemple au travailleur de se protéger contre les éléments extérieurs et de rester au chaud sur les chantiers sous de faibles températures grâce à des vêtements adaptés. Qu'il s'agisse de vestes polaires, gants, chaussures ou casques de protection, leur qualité doit répondre à de nombreux critères pour être en conformité avec les réglementations en vigueur.

Cette conformité concerne des aspects comme la matière de fabrication, l'usage, l'efficacité ou le degré de protection offert. Les EPI de catégorie II sont systématiquement contrôlés par des organismes habilités, contrairement aux EPI de catégorie I. Pour ces derniers, les fabricants émettent leur propre autocertification. Les EPI de catégorie II sont testés par des organismes indépendants. Si les résultats des tests sont positifs, ces derniers leur délivrent la certification CE qui atteste de leur conformité aux normes en vigueur en matière d'Équipement de Protection Individuelle.

L'EPI devra afficher obligatoirement le marquage CE, avant d'être commercialisé. Ce marquage doit apparaître sur chaque EPI à côté du nom de l'entreprise ou du fabricant. Il doit être bien lisible sur l'équipement de protection. À défaut de l'apposer directement sur l'EPI, le fabricant peut l'indiquer sur son emballage. Un contrôle doit être opéré chaque année sur les EPI de catégorie II tels que :

  • les gants anti-coupures,
  • les coquilles de protection,
  • les casques,
  • les gilets de sécurité contre les risques de noyade,
  • les lunettes de protection,
  • les masques et visières de protection de la face,
  • les chaussures de sécurité qui retiendront notre attention.

Chaussure de sécurité, EPI

Contrôlez les chaussures de sécurité

Les chaussures de sécurité représentent l'un des équipements de protection individuelle (EPI) de catégorie II les plus utilisés. Elles ont pour rôle de protéger vos pieds pendant l'exécution de certains travaux dangereux. De nombreuses entreprises exigent le port des chaussures de sécurité. Ce sont très souvent des entreprises qui exercent dans des domaines d'activité spécialisés dans le transport, la construction, la logistique, la mécanique, la manutention ou l'industrie.

Si vous travaillez dans l'un de ces secteurs, les chaussures de sécurité vous protégeront contre les risques d'écrasement, de chocs, d'agression chimique et climatique, de perforation, de chute, de glissade, etc. Chaque modèle de chaussures joue un rôle spécifique, dédié à une protection particulière. Une paire de chaussures avec des semelles épaisses absorbant les chocs, vous protège contre les vibrations. En revanche, une paire avec des semelles crantées favorise une meilleure adhérence des pieds sur des sols non praticables et permet ainsi d'éviter des chutes.

La conception d'une chaussure de sécurité doit donc correspondre à des critères techniques bien précis. Il en existe pour hommes et femmes et elles se présentent généralement sous la forme de sabots, chaussures de villes, baskets, bottines ou bottes selon les besoins.

Le premier élément fondamental de la chaussure de sécurité : la tige

La tige correspond à la partie supérieure de la chaussure, celle qui se trouve au-dessus de la semelle. Le choix du matériau dépend souvent de critères esthétiques pour sa partie visible. Cependant, ses propriétés lui assurent une certaine robustesse, une résistance à l'eau et une facilité d'entretien.

Sa partie invisible, c'est-à-dire la doublure intérieure, permet de jouer un rôle isolant. Confectionnée en laine, elle permet de conserver la chaleur sur les chantiers, en assurant efficacement une isolation thermique en hiver. Certaines doublures intérieures sont aussi imperméables. La tige peut être renforcée par d'autres éléments pour prolonger son existence. Le talon peut aussi être renforcé pour éviter une usure rapide. Une languette protectrice est aussi souvent ajoutée afin de protéger les métatarses. On trouve aussi le système de fermeture de la chaussure au niveau de la tige. Il peut être à lacets, à scratch, en fermeture boa ou zippée.

L'embout ou coquille de protection

Le second élément essentiel dans la conception d'une chaussure de sécurité est l'embout de protection. C'est cet élément qui permet de véritablement distinguer la chaussure de protection d'une autre chaussure. Il s'agit d'une coquille de protection métallique ou composite intégrée, qui protège les orteils contre l'écrasement et les chocs. Pour répondre aux normes de sécurité, une chaussure à coque doit être capable de supporter la chute d'un objet de 20 kilos d'une haute de 1 mètre.

Les semelles

On distingue principalement la semelle extérieure et la semelle intérieure. La semelle extérieure est en contact direct avec le sol. Elle est généralement fabriquée en caoutchouc. Élément crucial dans la conception de la chaussure de sécurité, elle doit assurer une réelle adhérence au sol grâce à ses crampons. Elle doit être également résistante à la corrosion et pouvoir durer dans le temps. La semelle intérieure, sur laquelle repose directement le pied, est considérée une semelle de propreté. Elle assure le confort du pied et contribue à l'isolation thermique. Elle est très souvent amovible et peut donc être remplacée par une autre pour des raisons d'hygiène, de confort ou d'usure.

On trouve également d'autres types de semelles, facultatives. La semelle intercalaire ou intermédiaire est par exemple posée entre les semelles principales (extérieure et intérieure). Son rôle est d'assurer un bon amorti à la chaussure pour garantir un maximum de confort. La semelle anti-perforation quant à elle assure une protection contre la pénétration d'objets pointus tels que les clous. Elle est fabriquée en acier ou en fibres textiles, matières souvent choisies pour leurs propriétés résistantes.

Chaque modèle de chaussure de sécurité doit être obligatoirement antidérapant. Les tests effectués sur les semelles sont de nature à déterminer leur stabilité, leur flexibilité ou encore leur résistance aux températures extrêmes, en été comme en hiver.

Employeur, ouvriers, tenue de protection, chantier

Respectez les obligations des employeurs et des employés dans l'utilisation des EPI

En France, les obligations des employeurs et de leurs salariés, concernant la sécurité des travailleurs, sont régies par le Code du travail.

Obligations de l'employeur

L'employeur doit veiller à la sécurité de ses ouvriers :

  • en réduisant les risques de danger,
  • en instaurant des mesures de protection,
  • en précisant des consignes adéquates.

Pour limiter, réduire ou éviter les risques, l'employeur doit veiller à ce que les équipements de protection individuelle soient bien utilisés par son personnel. Il doit s'assurer avant tout qu'ils soient certifiés conformes et possèdent le marquage CE. Il doit également veiller à leur entretien régulier et à ce qu'ils soient renouvelés en cas d'usure ou en cas de dépassement de la date limite d'utilisation. Les EPI mal entretenus ou défectueux n'assurent plus de protection suffisamment efficace pour l'ouvrier. Ils doivent donc être inspectés, réparés et nettoyés. L'employeur doit les contrôler afin de déceler des imperfections et y remédier.

L'équipement de protection individuel doit être choisi en commun accord avec la personne qui le porte. L'employeur doit fournir l'équipement de protection individuel sans frais, en le sélectionnant en fonction des risques encourus selon la nature des tâches à accomplir.

Les mesures de protection doivent être connues de tous les ouvriers. Les travailleurs doivent comprendre le rôle des EPI et leurs enjeux dans la protection de la santé. L'employeur a l'obligation de les informer et de les former si nécessaire. Les ouvriers sont tenus de porter convenablement les EPI pour leur assurer une protection maximale. Ils doivent aussi être notifiés des conséquences en cas de non-respect des instructions d'utilisation.

Toutes ces consignes de sécurité doivent faire l'objet d'une publication et au besoin d'un affichage dans l'entreprise. Elles peuvent être rédigées et publiées au même titre que le règlement intérieur. La règle fondamentale pour l'employeur est de sensibiliser et tenir informé ses employés. L'employeur peut par exemple accompagner sa stratégie de sensibilisation par la pose des panneaux d'indication sur le chantier ou lors de discussions avec les employés, pour leur expliquer l'importance des EPI. Il est par ailleurs essentiel que l'employeur évalue l'ampleur des risques sur la santé et la sécurité de son personnel. Il pourra ainsi fixer les conditions d'utilisation de stockage et d'entretien des équipements.

lunettes protection ouvrier chantier vêtements

Obligations des ouvriers

L'EPI est parfois perçu comme une contrainte pour les employés et non plus comme une nécessité pour leur protection. Le manque d'esthétisme ou l'inconfort des EPI sont parfois mis en avant par les travailleurs pour qui la tenue professionnelle a plus d'impact dans certains secteurs, comme la santé, la restauration et le BTP. Cependant, le non-respect du port d'EPI est régulièrement la cause d'accidents de travail.

Les salariés sont donc contraints de respecter les instructions et les consignes communiquées par l'employeur. Ils doivent porter les EPI en adéquation avec leur utilité. Il est primordial que les employés soient présents et s'impliquent véritablement au moment de la sélection de leur équipement. Ils doivent aussi avertir l'employeur s'ils constatent un équipement endommagé ou dont la date d'utilisation serait dépassée. Ils doivent par ailleurs utiliser convenablement le matériel et les outils de travail.

Les employés sont tenus de connaître les risques auxquels ils s'exposent dans leur travail. Une fois informés, ils doivent respecter l'usage correct du matériel. Ces équipements doivent faire l'objet des contrôles réguliers et d'un entretien permanent pour rester fonctionnels.

Les ouvriers qui refusent de respecter les recommandations de l'employeur sur les règles de sécurité, ou qui s'abstiennent d'utiliser les EPI, s'exposent à des sanctions.

Informez-vous sur les sanctions en cas de non-respect des consignes de sécurité

Le salarié qui ne porte pas son EPI ou qui ne respecte pas les règles de sécurité pendant l'exercice de ses tâches risque une sanction disciplinaire. L'employé peut encourir un licenciement pour faute grave ou, dans une moindre mesure, un avertissement. Il reviendra à l'employeur, en fonction de l'évaluation de la faute de l'ouvrier, de juger la sanction qu'il estimera convenable. Cela peut parfois avoir pour conséquence la perte de tout ou d'une partie de l'indemnisation, suite à l'accident, ainsi que des sanctions pénales.

Votre sécurité et votre santé sont très souvent menacées pendant l'exercice de certaines tâches professionnelles. Cependant, le port d'un Équipement de Protection Individuel vous permet d'éviter ou de limiter les risques. Un EPI est en réalité tout autant un moyen de prévention qu'un moyen de protection. Pour être efficaces, les EPI doivent être correctement portés. Leur utilisation est simple, mais leur protection est limitée dans le temps. Ils doivent surtout être utilisés comme alternative faute de meilleurs moyens de protection.

Il est également très important de choisir un fournisseur ou une marque reconnue pour la qualité de ces équipements. Vous trouverez sur le marché plusieurs entreprises ou sites de vente en ligne spécialisés dans la vente des EPI. Ils offrent un large choix de vêtements normés ou de chaussures de sécurité. Employés et patrons d'entreprise peuvent facilement y trouver les équipements adaptés à leur profession tout en tenant compte des goûts de chacun. Ne prenez donc pas de risques avec votre santé et celle de vos employés et misez sur des fournisseurs de confiance pour vos EPI.

Partager cet article :

Laisser un commentaire