25 millions de cyberattaques ont été neutralisées pendant la coupe du monde 2018

par | 23 Juil 2018 | Tech

Alors que tous les yeux des citoyens ont été rivés sur la Coupe du Monde de 2018, des cybercriminels ont en profité pour lancer leur activité malsaine. Selon le président de la Russie, des millions de cyberattaques avaient été constatées lors de cet évènement.

La Russie ciblée par 25 millions de cyberattaques

Pour cette année 2018, la Russie a eu le privilège d’accueillir la 21e édition de la Coupe du Monde de football. Cet évènement est une grande opportunité pour ce pays, et aussi pour les hackers. En effet, depuis son déroulement, près de 25 millions de cyberattaques ont visé la Russie. Selon le Président, la source et nature de ces attaques restent inconnues. Toutefois, ils ont un rapport étroit avec la fameuse Coupe du Monde.

Neutralisation de ces cyberattaques

Bien que l’information ne soit pas encore confirmée, ces virus pourraient avoir été répandus afin de perturber la plus grande compétition de Football au Monde. Pour éviter une telle circonstance, les experts russes ont dû neutraliser toutes les cyberattaques constatées pendant toute la durée du Mondial.

Le président Vladimir Poutine l’a d’ailleurs affirmé lors d’une conférence. Selon ses propos, cette action a pu être réalisée grâce à d’importants travaux préparatifs, opérationnels, d’analyse et d’informations. Il a même ajouté que l’utilisation de toutes les forces ainsi qu’un maximum de concentration, était nécessaire.

La Russie, accusée par les États-Unis pour cybercriminalité

Après l’élection de Donald Trump, les Américains ont déjà accusé la Russie d’avoir piraté les ordinateurs des démocrates pour falsifier les votes. Ces incriminations ne cessent de continuer. Dan Coats, le chef du renseignement américain a d’ailleurs soutenu que les cyberattaques ciblant les États-Unis devenaient de plus en plus importantes.

De plus, la plupart d’entre eux viendraient de la Russie. Pourtant, cette dernière a toujours nié ces accusations. Il reste à savoir si cette question a été traitée à Helsinki lundi dernier, lors de la rencontre entre Poutine et Trump.

A LIRE EGALEMENT