Quels sont les critères pour estimer le prix d’un bien immobilier ?

Comment estimer le prix d’un bien ? Avant toute chose, il faut savoir que les immobiliers sont des actifs dont la valeur n’est surtout pas à négliger. D’ailleurs, plus ils durent dans le temps, plus leur valeur augmente par la même occasion. En revanche, il existe des points à prendre en compte pour pouvoir évaluer le prix de votre possession.

L'article suivant a pour mission de vous partager les critères pour estimer le prix d’un bien immobilier.

1. La localisation exacte du logement

L’un des points clés pour estimer le prix d’un bien immobilier est la localisation. Le coût risque de varier d’un bien à un autre en fonction de son emplacement, car une bonne localité peut faire toute la différence entre deux biens immobiliers similaires.

Aussi, il est normal de voir des prix plus élevés dans les grandes villes, dont à Paris. De part sa situation et ses infrastructure (transports, écoles et universités, commerces, ...), le prix m2 paris est très élevé, notamment dans certains arrondissements très prisés.

Idem pour les villes au bord de mer, adorés des touristes l'été. Pour deux biens similaires, l'estimation sera bien plus importante dans des villes comme Nice, la Baule ou Perpignan (voir le prix m2 perpignan) que dans le centre de la France.

Pour un terrain encore ouvert à la construction, c’est-à-dire, un terrain nu non bâti, la facilité d’accès à l’eau potable ainsi qu’à l’électricité font souvent l’objet d’une priorité en plus du lotissement.

Question de logement, outre l’accessibilité, les acheteurs ont aussi tendance à se référer à la proximité des commerces ainsi que la présence d’écoles ou d’université aux alentours. L’attractivité du quartier et sa notoriété sont des facteurs qui détermineront la valeur du bien.

2. La nature du bien

Un bien immobilier peut être soit : un terrain, un appartement, un studio, une maison, une villa plein pied, etc. A titre de rappel, un bien immeuble est un bien ne pouvant être déplacé. Déterminer sa nature est strictement primordial afin d’en dégager sa valeur. D’autant plus que les détails concernant le profil du bien dépendent en quelques sortes de sa catégorie.

Par exemple, on distingue principalement pour un bien à caractère foncier : la dimension de la propriété, la structure du sol (constructible ou non), les éventuelles servitudes et la référence cadastrale. Pour les logements, vous devez prendre en compte la superficie, le nombre de pièce, le nombre de chambre, meublé, non meublé.

estimation du prix d'un bien immobilier

3. Estimer le prix d’un bien immobilier selon son état général

En effet, l’état général d’un bien joue un rôle considérable dans sa valorisation. On peut par exemple se référer au prix d’un logement. Il est évident qu’un bien neuf vaut bien plus qu’un autre déjà usagé de la même catégorie.

Néanmoins, n’hésitez pas à faire un peu de rénovations. Quelques travaux de remise à neuf constitueront toujours un bon investissement. Cette opération pourrait également augmenter le nombre d’acheteurs potentiels. Vous verrez la valeur de votre bien immobilier s’élever lors de son expertise et à la vente finale.

En général, jongler sur l’espace et le rajout d’un élément spécifique, tel que d’un garage ou d’une terrasse, le remplacement de certains matériels comme les portes et les fenêtres, ou le rafraîchissement de la finition, devraient jouer en votre faveur. Pour un terrain, il suffit de le désherber les mauvaises herbes pour déjà faire une bonne impression aux yeux des clients.

4. L’environnement

L’environnement joue également un rôle crucial pour estimer le prix d’un bien immobilier. Une étude a d’ailleurs révélé que les risques environnementaux et les plans de prévention sont des paramètres susceptibles de faire augmenter ou de diminuer le prix d’un bien immeuble. Ce facteur particulier est à ne surtout pas négliger car il risque bien de réserver des surprises lorsqu’on ne s’y attend pas.

Rien que la beauté de l’environnement influence déjà le prix de la propriété. Croyez-le ou non, la plupart des éventuels acheteurs sont très à cheval sur ce critère. Il est essentiel de savoir que certaines zones peuvent présenter des risques de phénomènes hors de contrôle, dont des parties probablement inondables. Un fait qui pourrait provoquer une dépréciation des biens immobiliers.

Fort heureusement, l’Etat a toujours eu pour objectif de concilier l’immobilier et le respect de l’environnement en apportant des aides contribuant aux réalisations de travaux d’habitation.

5. Estimer le prix d’un bien selon sa performance énergétique

Pour estimer le prix d’un bien immobilier, le résultat d’un DPE ou Diagnostic de Performance Energétique peut bel et bien en influencer la valeur. Un bon DPE rehaussera son coût tandis qu’une mauvaise note provoquera l’inverse.

Un DPE est un document qui sert principalement à estimer la consommation d’énergie et les taux d’émission de gaz à effet de serre propre à un logement. Il est obligatoire pour les trois types de transactions immobilières qui sont : la vente d’un immobilier (DPE vente), location d’un logement (DPE location), construction, achat d’un logement neuf, agrandissement (DPE neuf).

Pour en obtenir la note, il suffit de reprendre les consommations d’énergie du logement des trois dernières années et de les diviser par la surface du bien. Pour améliorer ses résultats de DPE, il est conseillé de revoir le fonctionnement des postes les plus énergivores, notamment le chauffage.

Notez qu'il est possible d'obtenir une aide de la part de l'ANAH (L'Agence nationale de l'habitat) dans le cadre de travaux de rénovation énergétique.

Ces 5 critères sont donc à prendre en compte au moment d'estimer le prix d'un bien immobilier. Si vous ne pouvez pas agir sur certains de ces paramètres, vous pouvez par contre, en cas de vente, chercher à améliorer l'état général du logement afin de multiplier les visites et trouver plus facilement un acquéreur.

Partager cet article :

Laisser un commentaire