Vous êtes friand d'applications gratuites pour smartphones, tablettes et PC ? Le simple fait d'être gratuit vous procure t-il un sentiment d'indépendance et de liberté ? On le sait, ce qui marche le plus, ce sont les applications que l'on peut obtenir sans ouvrir le porte monnaie. Mais quel est l'intérêt pour les créateurs et concepteurs de proposer leurs travaux en libre service?

Une étude sérieuse menée par plusieurs universités vient de mettre en lumière un fait qui pourrait remettre en question la gratuité annoncée des plateformes de téléchargement.

L'université de Californie Sud aidée de l'institut de Technologie de Rochester et de l'université Canadienne Queen's ont récemment planché sur un sujet anodin en apparence, mais derrière lequel se cache en réalité une vérité qui pourrait vous hérisser les poils sur la tête.

On a tous déjà vécu ce moment où une application (le plus souvent un jeu) téléchargée, gratuitement au passage, se révèle être notre nouvelle passion du moment. A partir de là, on ne mange plus, on dort moins et on est complètement déconnecté du monde. Seulement ce jeu gratuit possède une durée de vie limitée car il faut généralement payer pour avoir plus d'options, plus de contenu et moins d'attente dans les différentes phases de jeu. C'est parfois le moment où on redescend sur terre et où cette passion n'était finalement qu'une passade. Il s'agit là d'applications qui nécessitent des achats propre à elle-même, donc rien d'anormal.

Mais il existe des applications plus vicieuses qui sont dites gratuites du début à la fin mais derrière lesquelles se cachent en fait un business bien rodé. Que ce soit sur Play store pour Android ou Appstore pour iPhone, les applications gratuites constituent le plus gros bénéfices de ces plateformes. Qui dit gratuit dit publicité, c'est ainsi que les applications gratuites sont un minimum rentable, parce qu'un bandeau publicitaire apparait sur toute la page entre quelques parties de Ruzzle, lorsqu'on lit les informations ou que l'on souhaite avoir les derniers résultats sportifs en direct.

C'est derrière ces bannières publicitaires que se cacherait les dépenses invisibles de nos comptes, car vous n'êtes pas sans savoir que ces bannières utilisent la bande passante de notre smartphone et consomme une grande quantité de données. Et l'étude scientifique menée sur le premier semestre 2014 tendrait à prouver que la quantité de données nécessaire aux applications gratuites et aux publicités seraient d'environ 80% plus grande que celle exigée par les applications payantes. Ce fait est non négligeable étant donné que nous utilisons notre smartphone et donc ces applications un nombre incalculable de fois dans la journée.

Cette surconsommation peut être un réel problème pour beaucoup de personnes n'ayant pas un forfait souple et comprenant toutes les options. Mais au-delà de cette consommation excessive de données, c'est toute la puissance de nos appareils qui s'en trouve affaibli. Car cela influe également sur l'autonomie de nos smartphones qui consommerait 33% de batterie supplémentaire avec des applications gratuites. Il est vrai que je recharge de plus en plus souvent mon téléphone en ce moment. Est-ce que cela serait lié ?

Pour finir, la mémoire vive de nos appareils serait également affectée par ces applications gratuites qui consommeraient 22% supplémentaire que les applications payantes. La capacité de nos smartphones à être multitâches s'en trouverait de beaucoup affecté. Le processeur serait beaucoup plus sollicité par ces nombreuses applications que nous avons, de plus, tendance à laisser ouvertes en permanence.

appgra

Je recharge de plus en plus souvent mon téléphone en ce moment et je le trouve plutôt lent. Est-ce que cela serait lié aux conclusions de cette enquête ? Vous y réfléchirez peut-être à deux fois avant de télécharger de nouvelles applications !